Les placements des français pendant le COVID.

Les solutions d’épargne plébiscitées par les Français lors du déconfinement

&nspb
 

Dans un récent rapport, l’OFCE (l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques) estime que les ménages français ont mis de côté 75 milliards d’euros, depuis le début de la pandémie de Covid-19. Un niveau record ! Quels types de placements ont-t-ils privilégiés ? C’est la question à laquelle nous répondons aujourd’hui.

#1 Le LDDS

Créé en 2007, le LDDS (livret de développement durable et solidaire) est un compte d’épargne défiscalisé dont le taux d’intérêt est fixé par le gouvernement à 0,50% depuis février 2020. Son principal objectif est de contribuer au financement des PME, des travaux d’économie d’énergie dans les logements et de l’économie sociale et solidaire. Avec un plafond de dépôt fixé à 12 000 euros, ce mode d’investissement a connu une nette progression en 2020. Sur les cinq premiers mois de l’année en cours, le montant d’épargne s’élevait à 5 milliards d’euros, soit 86,2% de plus que sur la même période en 2019. Derrière un tel succès, la défiscalisation du LDDS ainsi que la facilité d’y souscrire, puisque, pour ce faire, il suffit d’être un contribuable majeur et d’avoir un domicile fiscal en France. De plus, il n’implique aucun frais ou commission pour son ouverture/fermeture ou sa gestion de manière globale.

#2 Le Livret A

Très populaire, le livret A est également l’un des instruments d’épargne qui ont connu une hausse remarquable au cours du premier semestre 2020. Sur cette période, les souscripteurs ont épargné pour 13,47 milliards d’euros, contre 12,64 milliards d’euros en 2019. Pour le seul mois d’avril, le montant collecté a atteint 5,47 milliards d’euros. Ces montants inégalés depuis 2012, année pendant laquelle le livret A a enregistré une collecte nette record (dépôts moins retraits) de 28,16 milliards d’euros, ont incité le gouvernement à réagir, par l’intermédiaire du ministre de l’Economie et des Finances, Bruno le Maire, qui estime que le pays a actuellement besoin d’investissements et non d’économies pour relancer l’activité économique. Durant son audition, le 15 avril, à la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Le Maire a considéré que les montants accumulés sur le livret A sont excessifs, tout en mettant en garde contre les comportements « attentistes » des consommateurs. Et d’ajouter qu’« il faudra donc inciter la demande ».

#3 Les comptes courants

Selon une enquête réalisée par Altraprofits, 44% des ménages interrogés ont choisi d’épargner sur leur compte bancaire courant. Ce mode de placement dépasse ainsi le livret d’épargne (livret A et LDDS), qui a la faveur de 36% des Français, et les placements rémunérés (assurance vie et bourse), qui ne sont plébiscités que par 10% des personnes interrogées.

Pour Stellane Cohen, directrice générale d’Altraprofits, les ménages ont décidé de conserver leur argent principalement sur un compte courant pour des raisons très logiques : liquidité à portée de main, fermeture de certaines agences bancaires pendant le confinement, impossibilité pour les consommateurs de se rendre dans les agences, etc.

Contactez dès maintenant Acte Patrimoine ! Nos experts se mettront à votre disposition pour trouver la méthode de placement qui vous convient le plus.