.

Les obligations vertes, des leviers de transition écologique et énergétique

&nspb
 

Avez-vous entendu parler des green bonds ? Ce sont les obligations vertes ! Elles connaissent une très forte croissance, et leurs émissions devraient atteindre 400 milliards d’euros en 2021 ! Dans les faits, un acteur privé ou public (entreprise, collectivité, banque, Etat…) émet une obligation verte qui sera rachetée par un investisseur. La finalité est, d’une part, de diversifier les sources de financement pour cet émetteur et, d’autre part, de financer des projets en lien avec la transition écologique et énergétique. Acte Patrimoine vous explique en détail tout ce qu’il faut savoir sur les green bonds.

Qu’est-ce qu’une obligation verte ? 

Les obligations vertes (ou green bonds), apparues au début des années 2010, représentent des emprunts obligataires proposés sur les marchés financiers. L’objectif est alors de financer des projets dans le domaine de la transition écologique et/ou ayant un impact positif sur notre environnement. Face à la prise de conscience collective sur le sujet, les obligations vertes connaissent un succès fulgurant, au même titre que les placements verts, avec un marché qui a doublé depuis 2017. Cette croissance ne semble d’ailleurs pas prête de faiblir au vu des enjeux actuels (financement de projets environnementaux et climatiques). 

Si les green bonds étaient jusqu’à présent réservés aux institutionnels, les particuliers vont pouvoir commencer à investir dans ce type d’obligations. On peut à ce sujet évoquer Anaxago, qui propose des obligations vertes pour financer un projet immobilier dans un écoquartier de la Réunion ou encore BPE, la banque privée de la Banque Postale, qui propose son premier titre de créance vert : BPE Green France 2031.

Sécuriser et crédibiliser les green bonds

Les green bonds sont basées sur les mêmes caractéristiques financières qu’une obligation classique. On peut toutefois noter que l’investisseur a la possibilité de s’assurer de l’impact de son financement en mesurant, par exemple, la quantité d’électricité verte produite ou encore celle de CO2 évitée. 

Il faut, en outre, savoir qu’il existe une charte, nommée « Green Bond Principles », rédigée par l’International Capital Market Association (ICMA), qui définit le champ d’action et les bonnes pratiques des obligations vertes. Par ailleurs, les émetteurs de green bonds sont dans l’obligation de publier un rapport chaque année. Ces données permettent ainsi aux investisseurs d’avoir une sécurité quant à leur financement en s’assurant qu’il soit bien destiné à un projet vert.Vous souhaitez en savoir plus sur les obligations vertes et diversifier votre épargne ? Prenez contact avec Acte Patrimoine afin de faire le point sur votre situation et ainsi trouver la solution la plus adaptée à votre projet !