investissement sociaux environnement.

Investir avec utilité et engagement

&nspb
 

Si placer son argent s’est largement démocratisé et développé au cours des dernières années, l’éthique a également pris part à l’équation. En effet, les épargnants portent désormais une attention toute particulière à la manière dont l’argent est géré, en choisissant des projets ayant une vocation sociale ou environnementale, de manière globale un caractère utile et solidaire. Acte Patrimoine vous propose d’en savoir plus sur cette manière engagée d’épargner.

Choisir une solution rentable avec éthique

Il est aujourd’hui de plus en plus courant de choisir un investissement selon ses convictions, afin de donner un sens à son épargne, et ne plus se limiter au seul retour sur investissement. Le panel d’offres s’est bien étoffé, et vous pouvez opter pour un produit à vocation écologique, mais aussi sociale comme par la création d’emploi pour des personnes en situation d’exclusion ou encore de soutien envers des populations des pays en voie de développement. L’objectif est alors de trouver un équilibre entre rentabilité et utilité.

Afin de réaliser ce type d’opérations, vous pouvez choisir entre plusieurs solutions, à commencer par l’épargne de partage, composée de livret, de FCP/Sicav ou encore d’assurance-vie. En même temps que vous épargnez, un don est généré pour une association d’intérêt général ou d’utilité publique. Par ailleurs, l’investissement solidaire se décompose par 3 moyens, à savoir :

  • l’actionnariat solidaire, avec des actions non cotées et des dépôts à terme ;
  • l’épargne salariale solidaire, avec les dispositifs PERCO et PEE ;
  • l’épargne d’investissement solidaire, avec les livrets, les FCP et Sipav.

A noter que les fonds solidaires les plus répandus sont appelés « fonds 90/10 » : 90 % des sommes déposées sont investies en titres cotés et sélectionnés selon les critères de l’investissement socialement responsable (ISR). Les 10 % restants sont quant à eux investis dans des entreprises solidaires.

Où investir de manière solidaire ?

Afin de vous lancer dans l’épargne solidaire, vous devez commencer par penser à l’objectif, la cause défendue. Il est ainsi possible de décider de vous engager dans la vie économique locale, en aidant des porteurs de projet de votre ville ou de votre région. Pour ce faire, les clubs Cigales (Club d’investisseurs pour la gestion alternative et locale de l’épargne solidaire) investissent une épargne commune dans des PME, coopératives ou associations locales pour créer leur activité ou leur permettre de se développer. Vous pouvez également soutenir le retour à l’emploi afin de lutter contre la précarité par le biais d’une coopérative, comme la NEF, unique coopérative financière française à proposer des solutions d’épargne axées sur des projets d’utilité sociale. Les plateformes de crowdfunding, ou financement participatif, sont également des moyens de s’engager, notamment dans l’environnement ou l’innovation.

« Même si elle progresse, l’épargne solidaire reste encore confidentielle en France au sens où elle ne représente que 0,23 % de l’épargne financière des ménages », explique Frédéric Tiberghien, Président de Finansol (collectif des acteurs de la finance solidaire). Pourtant, on enregistre une nette croissance, avec ainsi 366 000 nouvelles souscriptions en 2017, 10 milliards d’encours et plus d’un million d’épargnants solidaires en France. Selon un baromètre publié par Finansol, 45 000 emplois ont été créés ou consolidés, 3 700 personnes logées, plus de 80 acteurs du développement économique et durable ont été soutenus financièrement et près de 36 000 foyers ont bénéficié d’une production électrique durable et responsable.

Vous souhaitez réaliser un placement solidaire, mais ne savez pas où vous orienter ? Prenez contact avec Acte Patrimoine afin de faire le point sur votre situation et trouver la solution d’investissement adéquate.